Pans de bois

Contactez-nous !

N
ous établissons un diagnostic de la structure existante, par le moyen de sondages si la façade n’est pas découverte, aidés en cela par notre connaissance et notre expérience des pans de bois, notamment parisiens. Nous remplaçons tout ou partie des éléments en chêne par du chêne sec de même section, au même emplacement, ce qui garantit l’homogénéité et donc la solidité de la structure. Les assemblages, dans l’axe du bois, permettent la transmission des efforts et la stabilité au feu. Une seule façade d’accès nous est nécessaire, les parements plâtres intérieures peuvent ainsi être conservés. Les ourdissages sont également maintenus.

 

  • Pans de bois - Bepox

    Rue Bernard Palissy Paris 6 - Réparation d’une joue de lucarne en chêne sec

  • Pans de bois - Bepox
  • Pans de bois - Bepox
  • Pans de bois - Bepox
  • Pans de bois - Bepox

    Rue de Belleville Paris 19 - Reprise de Pans de bois sur la façade cour Remplacement d’une partie du chaînage //

  • Pans de bois - Bepox
  • Pans de bois - Bepox

    Reprise des Pans de bois des façades sur cour

  • Pans de bois - Bepox
  • pans de bois - BEPOX

    43 Rue Marx DORMOY - Reprise des Pans de bois des façades sur cour

  • pans de bois - BEPOX

    43 Rue Marx DORMOY - Reprise des Pans de bois des façades sur cour

  • pans de bois - BEPOX

    43 Rue Marx DORMOY - Reprise des Pans de bois des façades sur cour

  • pans de bois - BEPOX

    43 Rue Marx DORMOY - Reprise des Pans de bois des façades sur cour

  • pans de bois - BEPOX

    43 Rue Marx DORMOY - Reprise des Pans de bois des façades sur cour

  • pans de bois - BEPOX

    43 Rue Marx DORMOY - Reprise des Pans de bois des façades sur cour

  • pans de bois - BEPOX

    20 Rue de La Michodière - Réparation des Pans de bois sur cour

  • pans de bois - BEPOX

    20 Rue de La Michodière - Réparation des Pans de bois sur cour

  • XIX° s parisien droit apparent

    Pans de bois -XIX° s parisien droit apparent

  • XVII siécle

    Pans de bois - XVII siécle

  • SEVRES PDB PUB

    Pans de bois - Sèvres

  • encorbellement 32 STE ANNE

    Pans de bois - encorbellement 32 STE ANNE


 


  • Des assemblages conçus pour l'efficacité en sous-œuvre
  • De la structure rétablie, grâce au même matériau de réparation : le chêne sec
  • Une perméance à la vapeur d'eau inchangée: pas de condensations
Les pans de bois subsistants à Paris sont postérieurs au XVI° S.
Les pans de bois sur rue, sont en général antérieurs à la Révolution.
Au XIX°, pour les habitations, il a été construit en pan de bois surtout
des façades sur cour, des murs de refend et des cages d'escalier.
Après 1918 on ne construit plus en bois à Paris.
Le chêne est le matériau unique, sauf parfois des rajouts fin XIX°
qui peuvent être en pin.
Des éléments “de brin”: en général , l'arbre était abattu dés qu'il
présentait le diamètre voulu, le tronc  était seulement équarri
au plus juste,  sans refente avant le XIX°, et refendu en 2 seulement
à partir cette période. L'aubier n'était jamais purgé totalement.
Les sections moyennes sont de 10 x 15 cm pour
les éléments verticaux et 12 x 20 cm pour les chaînages, sablières
 et soles.  Les corniers et poitrails peuvent  coter 25 x 35 cm
avant le XIX°. Avant 1750  les  poteaux  peuvent être épais de 15 cm.
Les assemblages sont à tenon et mortaise, chevillé, la continuité des
chaînages étant réalisée par mi-bois  et éclisses clouées.
Au XIX° Les sections diminuent, étriers et fers plats  renforçant
les assemblages entre poteaux et chaînages.
Les remplissages (colombages ou ourdissages) sont toujours en plâtre
avec des moellons, des gravats et plus récemment des briques.
Leur cohésion est faible, avec un proportion de vide d'1/5°  environ.
Avec une épaisseur moyenne de 23 cm, y compris les 2 enduits de
parement, une façade en pan de bois ne pèsera au maximum que  250 Kg/m2.
Ancre : fer de contreventement fixé dans les poutres ou murs de refends.
Corniers : poteaux d'angle, de section supérieure à celles des poteaux de baie.
Croix de Saint-André : peu fréquent, en général dans un immeuble
présentant un angle saillant sur rue.
Écharpe : barre contreventant certains trumeaux, avec une inclinaison de
60° maximum, et, à Paris toujours assemblée dans des pièces horizontales, chaînages ou soles.
Éclisses : fer plat cloué en travers de joint de continuité.
Ferme de décharge : dispositif de report des forces vers les appuis
Guette : barre de contreventement plus redressée.
Poitrail : poutre porteuse de la façade quand il y a des baies de grande largeur au rez de chaussée.
Poteaux de baie: poteaux formant les baies.
Poteaux-maîtres : porteur de l'appui d'une charpente, ou d'une poutre  de plancher.
Sablière: élément plat d'appui  du poteau sur le soubassement, ou d'appui de la charpente sur la façade.
Sole : pièce horizontale assemblés avec les poteaux de baie et qui  reçoit les tournisses et les écharpes.
Ce dispositif évite l'affaiblissement, par les  mortaises, des chaînages, linteaux ou poitrail.
Tournisse : poteau de remplissage, souvent de faible section, assemblé dans les écharpes.
Traverse : pièce horizontale, formant l'appui pour la fenêtre, ou le remplissage d'allège.

Les professionnels de la restauration sont à votre service

Contactez-nous pour votre devis